+243990262084

Mondial 2018, Une entrée de rêve pour la Russie

Serge K 15, Juin, 2018

COUPE DU MONDE - Pour son entrée en lice dans son Mondial, la Russie a déroulé face à l'Arabie Saoudite (5-0) jeudi lors du match d'ouverture à Moscou. Dans le sillage d'un très bon Aleksandr Golovin et avec un doublé de Denis Cheryshev, les Russes se sont rassurés avant d'affronter l'Egypte puis l'Uruguay.

Sevrée de victoire en 2018 et incapable de gagner depuis six rencontres, la Russie a retrouvé le chemin du succès au meilleur de moment. Pour lancer sa Coupe du monde, le pays hôte a étrillé l'Arabie Saoudite sur le score implacable de 5 à 0. Portés par un Aleksandr Golovin passeur et buteur, les Russes lancent idéalement leur compétition en faisant le plein de confiance et en soignant leur goal average. Coup double face à des Faucons complétement dépassés.

Le film du match

Un joli concert de Robbie Williams puis un terne spectacle mais des buts. Beaucoup de buts. Le Mondial 2018 est bel et bien lancé et, malgré un match globalement médiocre d’un point de vue technique, l’ambiance a été au rendez-vous. Consciente qu’il ne fallait pas se louper, la Russie, sans être brillante, a idéalement profité de la faiblesse des Saoudiens. Incapables de porter le danger sur la cage d’Igor Akinfeev et très laxistes derrière, les Faucons ont tendu le bâton pour se faire battre. Les Russes ont d’abord trouvé la faille grâce à la tête de Yury Gazinsky (1-0, 12e).

Cheryshev a saisi sa chance

Derrière, on a cru que la Russie se déliterait après la sortie sur blessure d’Alan Dzagoev, qui s’est fait un claquage sur une contre-attaque (22e). Que nenni. Propulsé dans le onze, Denis Cheryshev a profité de cette opportunité pour se montrer, inscrivant un but avant la pause avec un superbe enchaînement du pied gauche ayant mis deux défenseurs dans le vent (2-0, 43e). Pour parfaire son excellente prestation, il s’est offert un doublé dans les ultimes instants de la rencontre avec une frappe magnifique de l’extérieur (4-0, 90e+1). L’autre homme fort du match se nomme assurément Aleksandr Golovin, déjà passeur pour Cheryshev et auteur d’un caviar pour Artem Dzyuba, tout juste entré en jeu (3-0, 71e). Porté par l’euphorie, le jeune russe a terminé le travail avec un coup franc idéal (5-0, 90e+4).

Si le score apparaît un brin trompe-l’oeil au regard de la physionomie du match et du niveau adverse (aucune frappe cadrée), cette victoire résonne comme une libération et un soulagement pour la Russie. Elle pourrait bel et bien instillé une dynamique chez le pays hôte, porté par tout un peuple qui a envie d’y croire. Et qui, ce soir, peut y croire.

Partager ceci